La galère du wifi dans nos cafés parisiens

Aujourd’hui était programmé un tout autre article mais venant de passer plus de trente minutes à marcher pour trouver un café restaurant, équipé du wifi, accueillant avec le sourire les clients ne souhaitant pas déjeuner, l’actualité a pris le dessus.

Vous l’aurez compris mon entreprise n’a pas été facile et ce en plein cœur de Paris et d’un arrondissement prospère.

J’avais envie de hurler mon désarroi au monde entier, ou presque, mais surtout de valider les pratiques commerciales originales et le manque d’équipement de certains établissements de mon quartier.

En 2012, presque 2013, alors que les cafés sont quasi tous équipés d’internet pour leur propre fonctionnement, certains ne proposent toujours pas le service à leurs clients. Ceci devrait être une exception, pas le contraire.

Bien entendu et comme toujours, ceci n’engage que moi et j’ai une petite pensée émue pour mon ancien bistro de quartier le Gary’s revendu  et en travaux depuis plusieurs mois. Lui accueillait les gens qu’ils soient gros ou petit buveur, client restauration ou pas, équipé ou pas d’ordinateur.

Réveillez-vous !! Aujourd’hui on bosse en nomade, on utilise le wi-fi pour les ordinateurs, les téléphones, les tablettes ! A croire que certains préfèrent voir filer leurs clients chez Starbucks ou autres worldwide compagnies de restauration.

Nos enfants ne s’y trompent pas il y filent tout droit après les cours et pourtant les boissons y sont plus chères.

Wifi-0705

Petit retour d’expérience

Le comptoir du XVI – lieu connu ou un petit pourboire est toujours laissé par votre hôtesse.

Première tentative il y a une semaine : le wi-fi est présent mais une fois bien installée sur ma chaise,  je me rends compte qu’il ne fonctionne pas. Les clients du comptoir indiquent au patron : « c’est normal il ne marche jamais ». Ok c’est noté. Je reviendrai faire une seconde tentative un jour où tout va bien.

Youpi la seconde c’est aujourd’hui 26 décembre 2012. Il est 13h40. La salle est à moitié vide. Je vais pouvoir surfer, yes ! Et bien non ! On me déclare qu’il est obligatoire de déjeuner, sinon il faut revenir à 14h30.  Ben bien sur !!! et en plus je ne suis pas certaine que le wifi fonctionne. Bien entendu tout cela est dit sans même un rictus.

Je sors, me retourne…dommage, le Royal Exelmans est fermé pour congés. Eux ont le précieux réseau et sont polis.

DirectionL’Empire, à 300mètres. Le café vient d’être refait, il est spacieux et accueillant. Je me fie donc à mon instinct : un café moderne et branché comme celui-là est forcément équipé. Je m’installe, passe commande, demande le code et le nom du réseau et là on me dit « ah non on a pas le wifi ». La sortie m’appelle,  mes pieds me portent Porte de St Cloud, justement. Je ne vais pas finir au McDo quand même ?

Je ne m’installerai pas non plus Aux Trois Obus car lorsque je demande si je peux manger quelque chose et travailler voilà la réponse.  « Oui c’est gratuit pendant 20mn ! »  Pardon ? Entre le temps nécessaire pour déjeuner sans être malade et celui de travailler il me reste 5mn et après je dois payer ? Non mais on rêve !

J’aperçois le logo aux arches dorées qui semblent me narguer : «  Tu ne vas pas avoir d’autre choix que de travailler dans la maison de Ronald ».

Et bien non ! C’est sans compter, Les Fontaines, juste derrière.

Je n’y avais pas pensé et pourtant ici les garçons sont sympathiques, l’endroit agréable un peu old bistro, un vrai. Nous aimions nous y retrouver dans le temps avec mon amie L.

Je tente. Bingo !

Ici sourire en arrivant, wifi illimité, service rapide. Un vrai bistrot sympa pour tous, ceux qui bossent et ceux qui viennent boire un verre ou se restaurer.

Fait amusant ici puisqu’il existe une tradition que je n’ai jamais vue nulle part ailleurs.

Le café, situé sur la place de la porte de St Cloud, rend vain tout espoir de se garer aux alentours. Ici les habitués arrêtent leur véhicule en épis sur plusieurs rangées, devant l’établissement. Lorsque quelqu’un souhaite sortir, un appel micro retentit pour demander aux propriétaires des éventuelles voitures gênantes de les déplacer.

Bref le Comptoir du 16 ne me comptera plus parmi ses clientes et je vous recommande Les Fontaines, si vous aimez, bosser au bistro comme moi.

Oui aux bistros sympas qui ne vous jettent pas à l’heure du déjeuner quand ils ne sont pas pleins  et ne profitent pas de la moindre occasion pour vous faire payer. C’est la crise pour les clients aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge