Un peu snobinards nos cafés bars parisiens ?

Nos cafés parisiens un peu trop snobs ?

Une nouvelle journée qui commence bien. Il fait beau. Je profite de ce journée d’accalmie dans mon emploi du temps pour me balader et prendre quelques photos de notre capitale. Après une dizaine de kilomètres parcourus, me voila épuisée. J’ai besoin de faire un break et d’un bon café.Un peu snobinards nos cafés bars parisiens ?

Oui mais voilà, il est près de midi et mon parcours du combattant pour trouver un café acceptant de me servir à boire à l’heure du déjeuner ne fait que commencer. Alors que la plupart des établissements étaient vides, aucun n’a accepté que je m’installe pour un rapide café. J’ai décidé de prendre mon clavier pour dénoncer cette pratique de plus en plus répandue et qui me pompe l’air.

Alors que nos chers cafés bars parisiens se plaignent en permanence de ne pas bosser ils refusent des clients quand sonne l’heure de midi. La majorité d’entre eux dit privilégier les clients venant déjeuner mais à y regarder de plus près, bon nombre de tables nappées sont très souvent vides. Refuser de servir des pt’is noirs ou autres boissons à de potentiels clients, lorsque les lieux le permettent c’est exaspérant.

A Paris certains patrons de bars sont tellement déconnectés de l’ADN du métier, qu’ils privilégient la restauration plutôt que de bosser pour des kawas, des colas ou des verres de jaja.

J’ajouterais qu’au delà d’une amabilité frôlant désormais l’inexistence ; à Paris c’est d’abord au client de saluer le patron et ses employés ; l’assoiffé se voit de plus en plus traité en paria quand sonne l’heure de se sustenter dans la capitale.

Enfin lorsque, comme moi vous sortez votre imachin de votre sac pour bosser en prenant votre café, nombreux sont les établissements de license 4 qui tirent carrément la tronche. En 2017, certains ont même décidé de ne pas prendre le wi-fi pour avoir un taux de rotation plus élevé.

Visiblement certains préfèrent voir leurs salles vides et laisser filer leurs clients chez Starbucks et autres worldwide compagnies de restauration plutôt que de faire leur métier. Heureusement tous ne sont pas comme cela mais j’avoue que ce jour là, dans le 17 ème arrondissement de Paris, je me suis trouvée face à une sur-représentation de cafetiers à l’esprit étriqué.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :